La cardio-aspirine en prévention secondaire

, par  Amessi , popularité : 2%

Il s’agit du médicament le moins cher dans la gamme des traitements anti-agrégants plaquettaires. Il en existe d’autres, comme nous l’explique le Pr Laloux.

Put-on, dans une certaine mesure, prévenir l’AVC ? Si la prévention passe nécessairement par une meilleure connaissance des facteurs de risque et signaux d’alerte, « Pour ma part, de nombreux médecins m’ont prescrit, vu mon âge avancé, une cardio-aspirine par jour ; c’est, disent-ils, un excellent préventif », témoigne Albert, sur lalibre.be.

 La cardio-aspirine en prévention secondaire

par Laurence Dardenne (Libre.be=

Il s’agit du médicament le moins cher dans la gamme des traitements anti-agrégants plaquettaires. Il en existe d’autres, comme nous l’explique le Pr Laloux.

 Peut-on, dans une certaine mesure, prévenir l’AVC ?

Si la prévention passe nécessairement par une meilleure connaissance des facteurs de risque et signaux d’alerte, « Pour ma part, de nombreux médecins m’ont prescrit, vu mon âge avancé, une cardio-aspirine par jour ; c’est, disent-ils, un excellent préventif », témoigne Albert, sur lalibre.be.

« La cardio-aspirine est effectivement un traitement de première intention pour la prévention secondaire après un AVC, nous confirme le Pr Patrice Laloux, président du Belgian Stroke Council, .

La dose est habituellement de 100 mg par jour, ce qui en fait un traitement d’un bon rapport coût bénéfice clinique pour le patient en termes de prévention. Il s’agit en effet du médicament le moins cher dans la gamme des traitements anti-agrégants plaquettaires.

« Pour la prévention secondaire de l’AVC, poursuit le Professeu Laloux, il importe de prescrire un traitement anti-agrégant plaquettaire, c’est-à-dire qui évite l’agrégation des plaquettes sanguines les unes avec les autres et qui constitue le point de départ de la formation d’un caillot dans les artères cérébrales. »

Parmi ces traitements anti-agrégants plaquettaires, le traitement de première ligne est l’aspirine seule, en l’occurrence la cardio-aspirine.

D’après une récente étude parue dans « The Lancet », l’association de l’aspirine avec une autre molécule anti-agrégante appelée le dipyridamole a montré une efficacité supérieure à l’aspirine seule pour la prévention à la fois d’un nouvel AVC, mais également d’un décès d’origine cardio-vasculaire et la survenue d’un infarctus du myocarde.

Toujours dans cette même classe des anti-agrégants plaquettaires, en troisième ligne, on trouve le clopidogrel. Beaucoup plus coûteux, celui-ci montre un effet bénéfique, bien que plus marginal que l’aspirine seule, pour la prévention des AVC.

« Si l’aspirine seule s’avère efficace, son efficacité reste limitée, résume le Pr Laloux, on estime en effet qu’elle réduit d’environ 25 pc le risque de présenter un nouvel AVC ou un infarctus du myocarde ou d’entraîner un décès d’origine cardio-vasculaire.

Quant aux médicaments de deuxième et troisième lignes, ils ajoutent un effet supplémentaire par rapport à l’aspirine ».

 Des effets secondaires

Ces trois traitements présentent toutefois des effets secondaires importants.

En ce qui concerne l’aspirine, l’intolérance digestive, les problèmes d’acidité gastrique, d’ulcère, de reflux constituent les principaux effets secondaires rencontrés.

Pour ce qui est de l’association aspirine-dipyridamole, on observe des céphalées chez 30 pc des patients, ce qui nécessite l’arrêt du traitement.

Enfin, mieux toléré, même s’il provoque quelques troubles digestifs, le clopidogrel entraîne peu d’effets secondaires. Notons encore que ces trois propositions thérapeutiques peuvent conduire à une augmentation du risque de saignement, même s’il reste faible, puisqu’il s’agit de médicaments qui fluidifient le sang par leur effet anti-agrégant plaquettaire.

D’autre part, toujours en terme de prévention, il faut veiller au suivi d’un régime pauvre en graisses avec un médicament de la classe des statines, afin de faire baisser le taux de cholestérol en dessous des valeurs cibles.

Enfin, il y a lieu de traiter le diabète et l’hypertension artérielle, sachant que cette dernière représente le facteur de risque le plus puissant de l’AVC. Ici encore, il convient d’atteindre les valeurs cibles en administrant un, deux, voire trois médicaments.

Navigation