L’Aspartam

, par  Amessi , popularité : 2%

L’Aspartam

L’aspartam est de la « L-aspartyl-L-phenylalanine methylester », produit de synthèse découvert en 1965 associant deux acides aminés bien connus (phényl alanine (50%),acide aspartique(40%) et 10% de methanol). Cet association donne lieu à un composant au pouvoir sucrant bien supérieur à celui du saccharose (180 fois plus à masse égale) pour un apport calorique équivalent.

Doté de ces caractéristiques ce produit fût donc rapidement adopté dans l’agro-alimentaire pour réaliser des produits dits « hypocaloriques » sous forme de « sucre » de substitution.

L’utilisation massive de ce substitut a entrainé alors l’apparition de symptômes multiples dont l’imputabilité n’a, à ce jour, jamais été démontrée :

* fatigue
* nausées
* prise de poids
* dépression
* maux de tête
* perte de mémoire
* crise de panique
* urticaires
* asthme
* œdèmes

Nutrasweet, donne en ligne les doléances des consommateurs.

A l’heure actuelle aucune preuve formelle ne permet d’impliquer un mécanisme allergique vis à vis de cette substance. La FDA le garde d’ailleurs en observation mais également en commercialisation sans restriction jusqu’à la dose de 40mg/kg/jour (dose journalière admissible).

Certains produits de dégradation de l’aspartam (dicétopipérazine) ont été suspecté d’être cancérigènes à haute température (plus de 150°Celsius). Il n’y a là non plus aucune preuve scientifique mais la suspicion est tenace.

La seule contre-indication médicalement prouvée est pour les enfants souffrant d’intolérance à la phenyl-alanine (phenylcétonurie, maladie métabolique due à un déficit en phényl hydroxylase hépatique, enzyme qui transforme la phénylalanine en tyrosine). Chez ces enfants la consommation de cette substance est neurotoxique. Depuis 1967, en France, le dépistage de cette anomalie génétique est faite systématiquement à la naissance par le test de Guthrie.

Navigation