Energie Terrestre

, par  Grainede Ble , popularité : 2%

Depuis maintenant une dizaine d’année nous travaillons sur la recherche, le développement et les applications des champs d’énergie subtile. Il est important de comprendre ce qui, à l’origine, nous a conduit à nous pencher sur ces phénomènes. L’observation de modifications énergétiques conséquentes dans l’environnement direct de l’homme a tout d’abord attiré notre attention. C’est dans le domaine de la santé holistique que les principaux intervenant de Vitalibra oeuvraient avant leur implication dans la recherche énergétique pure : ainsi c’est dans ce domaine qu’il fut observé pour la première fois de notables évolutions sur les champs énergétiques de l’homme.

ENERGIE TERRESTRE

Dès 1992, les règles fondamentales de l’énergétique humaine se voyaient complétées d’un champ vibratoire très subtil intervenant EN AMONT des trames déjà existantes. Ainsi la perception globale de l’individu se trouvait-elle élargie d’un phénomène vibratoire nouveau d’une très grande finesse. L’intérêt de ce champ d’énergie nouvellement perceptible se fit vite connaître : dans une démarche de thérapeutique globale, le recherche de la cause première du conflit biologique est une quête fondamentale. Hors cette quête mène invariablement à la considération de l’individu non plus seulement sous son aspect physique mais également sous son aspect énergétique : ce dernier primant sur les fonctionnement physiologique. Ainsi découvrait-on à travers ce nouveau champ de perception énergétique une profondeur supplémentaire, en amont de l’organisation générale de la vie et donc à même de permettre une nouvelle exploration de l’origine fondamentale des mécanisme vivant et donc de leurs dysfonctionnements. Un certain nombre de recherches commencèrent afin d’en trouver le fondement et l’origine. L’exploration des différentes énergies connues et codifiées à ce jour, fut donc faite afin de bien comprendre où semblait se positionner ce champ d’énergie nouvellement apparu. Du champ électromagnétique fondamental à l’orgone, en passant par les règles couramment admises de l’énergie vitale (Chi), l’ensemble des couches énergétiques « traditionnelles » furent mises en parallèle avec les qualités que nous trouvions dans ce nouveau champ. Sa spécificité : extrême rapidité d’action et d’adaptation, globalité impressionnante dans une application instantanée, potentiel énergétique hors norme, fluidité extraordinaire...etc.

La particule qui soutenait cette énergie échappait manifestement à ce que nous pensions connaître alors des mécanismes tant biologiques qu’énergétiques. Le Champ d’Energie Tachyon (C.E.T.), tel que nous l’avons nommé, et sa particule fondamentale (le tachyon) commençait sa progressive et profonde manifestation dans notre champ terrestre (pour en savoir plus sur cette particule fondamentale, nous vous invitons à lire la page « Tachyon » )... La lente et progressive influence de cette particule fondamentale de l’Univers s’est faite sur la base d’une modification sensible de nos paramètres énergétiques terrestre : en effet le C.E.T. a toujours existé. C’est la modification de nos paramètre planétaires qui permis une ouverture sur l’Univers sans équivalent (de mémoire d’homme) et prévaut aujourd’hui même à de nombreuses modifications pour l’humanité. C’est de cela que nous voudrions vous entretenir maintenant.

De la chute du magnétisme terrestre

Permettez nous tout d’abord de vous rappeler le mécanisme de génération du magnétisme terrestre. La Terre est constituée entre autres d’un noyau et d’une croûte séparées par une masse plus ou moins liquide de magma en fusion. La charge polaire de ces deux éléments diffère sensiblement du fait des différentes particules la constituant. Pour simplifier (le mécanisme est plus complexe) imaginez que le noyau est polarisé négatif (-) et la croûte positif (+). Du fait de la rotation de la croûte autour du noyau, on obtient une « friction » entre le pôle négatif et le pôle positif, générant un champ magnétique. Plus cette rotation est rapide, plus le champ magnétique est élevé. Le champ magnétique généré par la rotation planétaire constitue un véritable bouclier émetteur en direction de l’espace, mais également protecteur des influences de même nature ou différentes émises par notre Univers.

Ainsi c’est la baisse considérable de ce champ magnétique qui permet de façon actuellement critique, la réception des influences cosmiques. Le magma cosmique dans lequel baigne notre système solaire est lui-même constitué de nombreuses particules : photons, neutrinos et ...tachyons. Ces derniers semblant constitué la « masse principale » de la soupe cosmique. Le vide n’existe pas et c’est le C.E.T. qui semble être le magma dans lequel « flotte » notre Univers et probablement les Univers nous entourant. Ceci explique pourquoi nous sommes soumis depuis environ 1992 à un bombardement de particules fondamentales (tachyon) qui peuvent pénétrer notre atmosphère. Pourquoi seulement 1992 au regard de la baisse répartie sur 4000 années (le professeur Bannerjee de l’université de Mexico suppose cette chute progressive depuis 4000 années, ce que nous remettons en cause, pour une période beaucoup plus courte d’environ 2500 années) ? Simplement parce que le seuil critique au delà duquel la planète peux maintenir son modèle initial a été dépassé à cette époque.

Comme nous le disions en préambule : c’est un espace d’expansion supplémentaire qui nous est alloué, notre planète fonctionne aujourd’hui en interrelation avec l’Univers dont elle fait partie et ce de façon optimale. L’adaptation à ce nouveau contexte ne se fait pas sans heurts, car l’ensemble des mécanismes micro et macro biologiques est aujourd’hui encore adapté à un fonctionnement tout autre de 4000 ans ! Les répercussions sont totales : les minéraux, végétaux, animaux et humains sont soumis à des règles énergétiques et vibratoires « nouvelles », apportant son lot de modifications structurelles, cellulaires, psychiques ou émotionnelles. N’oubliez pas que toute molécule ou particule vivant sur la Terre est polarisée, possédant ses fréquences propres et ses schémas vibratoires.

Nous savons depuis l’avènement de la Physique Quantique que tout matière existante trouve son fondement dans une énergie primaire lui permettant sa concrétisation et sa pérennité... Le cerveau humain (comme les pigeons) contient une quantité importante de magnétite, responsable entre autres de la stabilité de la circulation des stimulis électriques émis par ce dernier. La modification du magnétisme terrestre apporte un comportement et un déplacement de ces particules de magnétite cérébrale, induisant alors une réorganisation de schéma cérébral et donc...de la psyché ! N’est-il pas temps pour l’homme de comprendre qu’il n’est qu’un élément composant cette planète et non le maître ou l’initiateur des mécanismes multiples générant la vie ? La survie de toute espèce se fait grâce à l’adaptation : ne pas vouloir regarder clairement le milieu dont nos sommes issus, c’est s’interdire la capacité à s’y adapter lorsque celui-ci change ou du moins en compliquer l’accès. Ce qui distingue l’homme de toute autre espèce, sont ses qualités de réflexion et de conscience ; son adaptation à ces nouveaux paramètres se fera donc essentiellement sur ces aspect là : la nature se charge par elle-même du plan cellulaire !

Comprenez-vous maintenant au delà du fabuleux potentiel des énergies tachyoniques, pourquoi nous oeuvrons dans cette direction de recherche ?

Entrer volontairement en contact avec ces nouvelles influences énergétiques est la garantie d’optimiser notre capacité à ressentir, comprendre et intégrer les multiples adaptations en cours. Que vous le vouliez ou non, le travail est en cours...

De l’augmentation de la fréquence de Schumann

Parallèlement à cette chute du magnétisme terrestre, la fréquence fondamentale de la planète augmente. Cette fréquence fondamentale est appelée fréquence de Schumannn, du nom du physicien qui l’a détecté et observé. Notre planète est au centre d’un vaste circuit électrique avec ses phénomènes de charge et de décharge (les orages !), la charge entre la croûte terrestre et la ionosphère ajoutée au champ magnétique existant, crée une sorte de champ électromagnétique avec ses fréquences propres : ce sont les fréquences fondamentales de la Terre. Malgré les variations dépendant de nombreux facteurs géologiques et météorologiques, la fréquence moyenne était estimée à 7.8 Hz. Elle passe de nos jours à 13Hz, du fait de la modifications des paramètres du magnétisme planétaire, de la baisse de la vitesse de rotation de la Terre et du bombardement intempestif de la ionosphère par le C.E.T (Champ d’Energie Tachyonique) !

Cet aspect là est à considérer de façon importante, car tout comme nous avons pu démontrer l’importance du magnétisme terrestre sur l’individu, sachez que l’influence fréquentielle de la planète est au moins aussi importante sinon plus. En effet « tout corps crée une onde » et « toute onde crée un corps »... Chaque particule existante dans notre système est non seulement polarisée, mais émet également et reçoit un ensemble complexe de fréquences, informations et vibrations plus ou moins utiles ou parasites. Ainsi la transmission d’une information cérébrale le long du système nerveux, se fait sur le même modèle que la circulation de l’énergie électrique dans le réseau ménager : L’influx nerveux (= électron du réseau ménager) saute de neurones en neurones jusqu’à sa destination (l’électron saute le long du fil de cuivre jusqu’à l’appareil demandant l’énergie), générant ainsi sur son passage une fréquence... Celle du réseau électrique est de 50 Hz, celles du corps sont multiples et infiniment plus faibles, la quantité d’énergie produite étant bien plus subtile. Par contre il est un fait scientifiquement indéniable que ce courant électrique (appelé Chi dans les traditions ancestrales) existe et que les fréquence émises par le corps sont légions. L’ensemble de ce micro système fait partie d’un macro système planétaire et bien évidemment ne le génère pas.

A titre d’exemple de l’organisation fréquentielle du corps humain, nous connaissons depuis la première moitié du 20e siècle certaines d’entre elles :

  • les ondes Alpha : Calées entre 8 et 13Hz, elles apparaissent au repos ou lors de la fermeture des yeux. La valeur moyenne propre à chacun évolue autour de 10Hz, ralentissant de 1 à 2 Hz en fonction de la fatigue et de l’âge. Dans le cas de céphalées, de bourdonnement d’oreilles, on le constate souvent autour de 8Hz. Cette onde se constate également lors lors de la fin d’un effort intellectuel ou lorsque l’on fait un effort de contrôle sur ses émotions.
  • les ondes Bêta : entre 15 et 20Hz , ces ondes se constatent lors d’une situation d’attention ou d’action. Ces fréquences peuvent s’élever en cas de tension nerveuse (jusqu’à 50 Hz !) . Les fréquences anormalement élevées traduisent généralement un état d’angoisse et d’anxiété, fréquentes chez les schizophrènes. Au passage, que penser du réseau électrique qui nous fournit une fréquence moyenne proche de 50Hz dans tout l’habitat ?
  • les ondes Thêta : De 4 à 7 Hz, se retrouvent chez l’enfant caractériel et les adultes impulsifs, chez les malades de lésions cérébrales... En règle générale, correspond à un état de manifestation émotionnel lors de contrariété, frustration etc....
  • les ondes Delta : Inférieur à 3Hz, traduit toujours une souffrance cérébrale grave. Apparaît dans le coma et lors d’une anesthésie générale ( !). On les constate également chez les individus « irréfléchis » ayant tendance à prendre des risques inconsidérés. Le seul cas naturel d’onde très basse est lors du sommeil profond où la conscience n’est alors pas impliqué. Pour information, sachez que les couleurs sont depuis longue date associées à des fréquences expliquant du même coup leur influence directe sur le psychisme humain, mais aussi que les aliments selon leur propre fréquence exerce également un effet régulateur ou perturbant sur l’individu. Quid alors des aliments soumis à l’influence d’un four micro onde qui vient détériorer de façon importante la nature fréquentielle (bioélectrique) du corps qui lui est soumis ?

Nous pouvons donc extrapoler sur la modification de l’onde fondamentale terrestre, jusqu’à 13Hz,donc se rapprochant de la fréquence Alpha : fréquence de repos, de méditation et de prise de recul sur ses émotions. Comme nous l’évoquions en préambule, l’heure est à l’intégration de la partie la plus subtile de son expression dans un quotidien plus serein... Songez maintenant qu’il est possible de générer ces ondes et de les émettre en direction d’une population donnée : comme il l’a été démontré scientifiquement, l’homme ne peut quasi pas volontairement se soustraire à ces influences.

Inquiétant non ? Surtout lorsque l’on sait que le développement de ce genre d’arme dite « invisible » se fait depuis les années 30 aux USA et en ex-URSS. (cf.NEXUS, n°janv.fev.2004, « téléphones portables, guerre secrète ? »). Vous comprenez maintenant pourquoi la modification des fréquences fondamentales de la planète est un facteur important ?

C’est tout le système fréquentiel de notre système planétaire et des organisme y vivant qui est entrain de se modifier et invité à une incroyable adaptation. C’est non seulement l’aspect mécanique et cellulaire qui est en travail mais également et de façon encore plus marquée, toute l’organisation des fonctions éminemment vibratoires de l’être humain : SON PSYCHISME, SA SPHERE EMOTIONNELLE ET SA SPIRITUALITE.

Pour notre part, loin d’intervenir sur des fréquences données, nous oeuvrons simplement pour que l’ouverture entre les plus hautes (supra fréquence tachyonique) et les plus basses fréquences nécessaire à l’humain, soit préservée. L’organisation première qui découle de ces aspects de l’individu n’est ni plus ni moins que la trame sociale : nos sociétés, nos lois, nos économies, nos politiques et nos relations à l’autre sont conditionnées par ces valeurs là... Comprenez-vous mieux encore l’ensemble des perturbations qui affectent nos sociétés contemporaines, les aspirations naissantes de chaque individu et le « ras le bol » d’un système qui loin de nous nuire, n’est simplement plus d’avenir et appelé à s’adapter lui aussi... ?

Mais les modifications en cours vont bien au delà de ce que le commun des mortels pourrait imaginer et l’ignorance dans laquelle nous sommes maintenus depuis des centaines d’années ne va pas tarder à s’effondrer... D’autre part, sur un plan mécanique, vous rendez vous compte que tous nos réseaux de communication, ordinateurs et autres sont basés sur un fonctionnement intégrant une fréquence environnante de 7.8 Hz ! On nous a annoncé le bug de l’an 2000, qui fut en réalité une belle farce, mais qu’en sera-t-il de ce bug là si nous ne nous y préparons pas ? certaines de nos technologies deviendront totalement obsolètes... Où en sont les pouvoirs publics ?

De l’inversion des pôles planétaires

Dernier mécanisme sur lequel nous aimerions attirer votre attention, l’inversion des pôles magnétiques sera vraisemblablement le phénomène le plus marquant de ces multiples bouleversements en cours. Le plus marquant car le plus spectaculaire.

La diminution de la vitesse de rotation de la planète autour de son axe remet en question l’ensemble des règles mécaniques régissant notre astre d’accueil. Comme nous l’avons compris, la Terre génère un champ magnétique et même électromagnétique, comme démontré précédemment. Ce champ dipolaire (un + et un -), est maintenu sous certaines conditions que nous allons évoquer. En effet, la répartition de ces énergies magnétiques sur un pôle plus et un pôle moins n’est pas conditionné automatiquement. Un facteur majeur pourrai être responsable du positionnement des pôles (que l’on nomme faussement Nord et Sud) : la masse de fonte présente sous la surface de la croûte terrestre. Il existe une certaine quantité de fonte en fusion massée au niveau de l’équateur et sur des zones géographiques plus ou moins vastes. La répartition de cette masse « liquide » est liée à la vitesse de rotation de la planète engendrant une force centrifuge. Le positionnement de cette masse de fonte en fusion à deux pôles opposées de l’équateur (environ) provoque le maintien des pôles positif et négatif à leur place.

Imaginez maintenant que cette masse se déplace...

La diminution de la vitesse de rotation de la terre, provoque une chute de la force centrifuge, amenant le déplacement de cette masse de fonte en fusion... La conséquence nous la connaissons déjà en partie puisque nous observons depuis de nombreuses années un déplacement du Nord magnétique par rapport au pôle nord (cf. article du Monde, du 25 avril 2002, rubrique « sciences »). Ce déplacement s’opère dorénavant de façon dramatique eût égard au maintien des pôle et il est prédit scientifiquement que les pôles ne sauraient se maintenir. Autrement dit, événement nullement évoqué dans aucun manuel scolaire : les pôles magnétiques terrestre vont s’inverser... Le pôle nord passant au sud et le sud au nord ! Nos boussoles nous indiquerons bientôt le nord au sud !

Cet événement s’est en fait déjà provoqué une multitude de fois depuis la naissance de notre planète, certains textes anciens (dont la bible) évoquant des phénomènes géophysiques que l’on peux y attribuer (journée de 24h00, nuit de 24h00 à l’opposé du globe). Cette inversion des pôles s’opérera lorsque la vitesse de rotation de la Terre ne sera plus suffisante pour maintenir les masses en fusion au delà du point critique de déséquilibre des pôles Est/Ouest. Il est probable qu’un déplacement spectaculaire de cette masse de fonte initiera cet événement. C’est également la mécanique globale de rotation de la planète qui en sera bouleversé : à priori cela devrai se traduire par une inversion du sens de rotation de la planète qui repartirai en sens inverse, mais probablement avec une modification forte au niveau de son axe de rotation.

Plusieurs conséquences :

  • une dynamique de rotation de nouveau forte, donc remise en place d’un fort bouclier magnétique...Les nouvelles fréquences fondamentales terrestre (13Hz) seront alors « figées » pour une période allant de 2500 à 4000 ans... Voire plus.
  • probable exposition différente de notre planète à l’astre Solaire, donc modification énorme de la climatologie mondiale. Modification qui de toute façon, même si l’axe de la planète reste le même (ce qui est quasi improbable), sera fortement modifié par l’inversion des pôles. En effet les molécules d’air et d’eau étant polarisées, c’est l’ensemble des courants météorologiques qui seront au minimum modifiés.
  • sur les êtres vivants, animaux et humains, le « déboussolement » sera fort avec une perte de repère complète : essentiellement sur le plan mental et les modes de perception sensitif et sensoriel, puisque les fonctionnements biologiques resterons concrètement les mêmes. Une réorganisation de la physiologie dans sa structure intime se fera cependant. N’oubliez pas que nous somme polarisé de cette façon depuis 4000 ans ! Ce sera un vrai électrochoc psychique auquel seules les personnes préparées et aptes à l’adaptation émotionnelle et mentale feront face sans trop de perturbations. Sachez que les perturbations dont nous faisions état à propos de la modification fréquentielle de la Terre (voir plus haut), est liée déjà en partie au déplacement progressif des pôles magnétiques.
  • l’inversion des pôles va rendre caduque la plupart de nos technologie statiques, production d’électricité, etc. ... Nous pouvons même nous interroger sur la sécurité de certaines industries utilisant ou soumises à ces forces magnétiques... Il est clair que l’ensemble de ces perturbations ne sont que la manifestation mécanique d’un événement planétaire déjà vécu par l’humanité, ayant eût des répercussions énormes sur le mode de vie, de pensée et d’action de la collectivité humaine. On suppose un événement de cette nature il y a environ 2000 à 2500 années ayant conduit entre autre à l’avènement des religions monothéistes...

N’y aurait-il pas de quoi « creuser » sur la période de glaciation connue par la terre et ayant entraîné la disparition des dinosaures et autres ; permettant aussi l’essor et le développement de la collectivité Homo Sapiens Sapiens naissante ? En résumé : Un ensemble de modifications géologiques important est entrain de se dérouler, avec en ouverture une baisse de vitesse de la rotation de la Terre, donc une chute du magnétisme terrestre et une augmentation des fréquences fondamentales de la planète. Puis pour couronner le tout : l’inversion des pôles magnétiques et une inversion du sens de rotation planétaire. Notre planète tourne en fait comme une toupie, l’axe de rotation de la terre n’étant pas « droit » mais tournant comme celui d’une toupie et décrivant un cercle autour de lui-même : le mécanisme dit de » précession des équinoxes » le met en évidence... Ainsi cette toupie finit elle par voir sa vitesse de rotation diminuer dramatiquement et le déplacement des masses de fonte provoque alors une impulsion lançant cette toupie dans le sens inverse au précédent. Comme dit plus haut nous ne pouvons réellement prévoir l’ensemble du mécanisme qui va s’en suivre : la rotation peut simplement s’inverser sans que l’axe soit modifié, l’axe peut également bouger ; L’organisation météorologique peut être totalement inversé ou perturbé ou rien de tel... tout et son contraire s’avère possible.

Quels enseignements tirer de cela ? Au delà des changements annoncés et attendus depuis de nombreux siècles, c’est surtout sur le plan humain que notre réflexion doit être la plus grande : la position de l’homme dans ce macro système n’est pas celle que notre science embryonnaire a bien voulu nous faire croire. Nous ne sommes QUE un des composants vivants de notre planète, pris dans une globalité plus complexe que nous le pensions : loin d’être au sommet d’une hiérarchie planétaire, l’humilité et l’ouverture à la compréhension de ces mécanismes s’avèrera salutaire. C’est de cela que dépend notre capacité à nous adapter, non plus en figeant notre espace de vie, mais en comprenant que c’est un organisme vivant dans lequel nous avons certes notre place, mais auquel nous sommes SOUMIS. La rigidité mentale et intellectuelle dans laquelle nous avons établi notre culture générale est la garantie de se trouver totalement perturbés par des phénomènes ma foi bien naturels et que nous devrions avoir intégré depuis longtemps à notre philosophie générale de vie. Ces temps qui s’annoncent sont peut être une chance pour notre humanité d’intégrer cette humilité et de structurer nos sociétés dans un plus grand respect de notre environnement tant physique que psychique : l’observation de la dérive de nos différents systèmes semble nous indiquer qu’il en est grand temps.

Comme tout mammifère ou organisme vivant sur cette petite planète bleue, nous n’échappons pas aux règles fondamentales de l’évolution. Celle de l’humanité est loin d’être finie ! La première des clés à l’intégration positive de ces changements est donc une grande ouverture d’esprit et une grande souplesse mentale, la nature de nos cellules se chargera de l’adaptation mécanique et physique aux nouvelles règles de notre futur environnement. Et ainsi va la vie...

Eric MICHEL

Recherche et développement Vitalibra inc.

http://www.vitalibra.com/francais1/enseignements/Energie%20terre.htm

Navigation