Dossier spécial : Le silicium organique G5

, par  Amessi, Grainede Ble , popularité : 4%

Le silicium organique :

une molécule aux propriétés extraordinaires qui peut aider dans diverses affections :

Acné, acouphènes, algo neuro distrophie, allergies diverses, Alzheimer, artérite, arthrite, arthrose, asthme, arthérosclérose, brûlure, cancer, cicatrisation, céphalée chronique, cholestérol, cirrhose, concentration intellectuelle, contusion, crevasses, Crohn, croissance des enfants, décalcification, dépression, dérèglement endocrinien, diabète, Dupuytren, eczéma, entorse, fatigue des sportifs, escarres, fatigue générale et/ou chronique, fibrôme, fracture, gerçures, hématome, hémorroïdes, hépatite, herpès, H.I.V., insomnie, intoxication aux métaux lourds, mémoire, ménopauses (troubles), myopathie, nervosité, ostéoporose, Parkinson, phanères (fragilité des ongles et cheveux), irritations dues à des végétaux ou piqures d’insectes, problèmes buccaux (muguet, gingivite, champignons), problèmes cardio-vasculaires, circulatoires, digestifs ou intestinaux, musculaires (déchirures, douleurs,...), oculaires, (cataracte, glaucome, hypertension, vieillissement, allergies), respiratoires, psoriasis, pyorrhée, rhumatisme, sclérodermie, sclérose en plaques, sinusite, tendinite, hyper/hypotension, hyper/hypothyroïdie, Haschimoto, ulcères, varices, veinites, vieillissement cutané, vitiligo, zona,...

Dossier spécial : Le silicium organique G5


Le silicium organique
 : 

une molécule qui peut aider dans diverses affections :

Acné, acouphènes, algo-neuro-distrophie, allergies
diverses, Alzheimer, artérite, arthrite, arthrose, asthme,
athérosclérose, brûlure, cicatrisation, céphalée chronique,
cholestérol, cirrhose, concentration intellectuelle, contusion, crevasses,
Crohn, croissance des enfants, décalcification, dépression, dérèglement
endocrinien, diabète, Dupuytren, eczéma, entorse, fatigue des sportifs,
escarres, fatigue générale et/ou chronique, fibrome, fracture, gerçures,
hématome, hémorroïdes, hépatite, herpès, H.I.V., insomnie,
intoxication aux métaux lourds, mémoire, ménopauses (troubles), myopathie,
nervosité, ostéoporose, Parkinson, phanères (fragilité des ongles et
cheveux), irritations dues à des végétaux ou piqures d’insectes, problèmes
buccaux (muguet, gingivite, champignons), problèmes cardio-vasculaires,
circulatoires, digestifs ou intestinaux, musculaires (déchirures,
douleurs,...), oculaires, (cataracte, glaucome, hypertension, vieillissement,
allergies), respiratoires, psoriasis, pyorrhée, rhumatisme, sclérodermie, sclérose
en plaques
, sinusite, tendinite, hyper/hypotension, hyper/hypothyroïdie,
Haschimoto, ulcères, varices, veinites, vieillissement cutané, vitiligo,
zona,...

 

Qui est Loïc Le Ribault ?
Licence ès Lettres (Sorbonne, 1970), Maîtrise de Géographie (Sorbonne, 1971),
Docteur de troisième cycle en Sédimentologie (Orsay, 1973), Docteur d’État ès
Sciences (Orsay 1980), 1er Prix national de la Création d’Entreprises
Innovantes (Strasbourg, 1983), auteur de 6 livres et de nombreuses publications
scientifiques.

Il est un des premiers utilisateurs du microscope
électronique à balayage (MEB) qui agrandit de 10 à 200.000 fois.

Il a inventé une méthode permettant de déterminer
l’histoire géologique des grains de sable : l’exoscopie des quartz, maintenant
appliquée dans le monde entier en exploration pétrolière, océanographie,
criminalistique,...

Il a publié à l’Académie des Sciences de Paris des
articles démontrant que certains grains de sable portent à leur surface une
pellicule de silice amorphe soluble dans l’eau et découvre que celle-ci est due
à l’action conjuguée de divers micro-organismes tels que bactéries et
diatomées (L. Le Ribault - L’exoscopie des quartz - Ed. Masson, Paris).

Afin d’étudier le rôle de ces micro-organismes dans le
cycle biologique et géologique du silicium, il met au point en 1975 un
procédé permettant de récolter des dépôts de silice amorphe à la surface
des grains de sable et constate que certains sont essentiellement constitués de
silice organique. Au cours de ses expériences, il découvre fortuitement
l’efficacité thérapeutique de celle-ci. Il s’intéresse alors au rôle du
silicium organique dans le traitement des affections cutanées. Il effectue avec
succès des tests avec des amis médecins.

1982 : il rencontre Norbert DUFFAUT, chimiste à l’université
de Bordeaux, qui a réussi en 1957 à synthétiser une molécule de silice
organique et a traité depuis des milliers de patients (nombreux articles dans
des revues spécialisées) atteints d’affections diverses (maladies
cardio-vasculaires, asthme, cancer, bronchites chroniques...). Malgré cela, les
organismes publics français responsables de la santé refusent
systématiquement de tester officiellement le DNR, jugé à la fois "trop
efficace et trop bon marché" pour l’industrie pharmaceutique.

Le Ribault vient de créer le C.A.R.M.E.- Ctre
d’Applications et de Recherches en Microscopie Electronique, premier laboratoire
de microscopie privé au monde, et disposant d’un matériel de micro-analyse de
très haut de gamme.

Durant treize ans, Duffaut et Le Ribault travaillent ensemble
à perfectionner tout en les simplifiant les molécules de silice organique à
usage thérapeutique. Il s’agit alors de stilanols et de silane-diols
uniquement à usage externe.

En novembre 1993, Norbert DUFFAUT se "suicide" dans
des conditions très "étranges"...

Resté seul, Loïc Le Ribault poursuit les travaux et, en
1994, lance une nouvelle molécule de monométhyl silane triol (baptisée
G5), pouvant être utilisée aussi bien par voie externe qu’interne.

En dépit des tests officiels d’efficacité et de
non-toxicité, les autorités médicales françaises persistent dans leur refus
d’étudier le dossier scientifique du G5.

Le Ribault décide de publier ses résultats dans la presse.
Après quatre mois de contrôles et de vérifications, le journal français
Sud-Ouest publie un article de plusieurs pages le 8/10/1995.

Dans les jours qui suivirent, des milliers de patients
abandonnés par la médecine orthodoxe affluent chez Le Ribault pour se procurer
du G5. D’octobre à décembre 1995, il accumule ainsi une moisson
d’informations, de témoignages et de documents d’un intérêt scientifique
considérable.

Malgré cela (ou à cause de cela), l’ordre des médecins et
celui des pharmaciens portent plainte contre Le Ribault qui part pour les
Caraïbes britanniques le 18 mars 1996, afin d’obtenir les agréments officiels
pour l’utilisation thérapeutique du silicium organique.

De retour en France en décembre 1996, il est arrêté et
immédiatement incarcéré au régime de l’isolement total, et ce en dépit du
fait que pas une seule plainte de patient n’ait été déposée contre lui...

Libéré deux mois plus et demi tard sur décision de la
Chambre d’Accusation, mais soumis à un strict contrôle judiciaire, il est
assigné à résidence et ses papiers lui sont saisis. Menacé d’une nouvelle
arrestation, il s’enfuit le 8 avril 1997 et se réfugie en Belgique, puis dans
l’île de Jersey. Là, durant un na, il va traiter (et soigner) 2% de la
population de l’île. Ces résultats sont si étonnants qu’ils font l’objet d’un
reportage de la BBC le 17/11/1998.

Depuis octobre 1998, Le Ribault vit en Irlande du Sud, où le G5 est
fabriqué sous son contrôle. Une structure juridique (LLR-G5 Ltd), animée par
plusieurs collaborateurs, expédie désormais depuis l’Irlande le G5 dans le
monde entier.


 

Fiche technique du G5.

Famille : ornago-silicié (ou silicium organique)

Dénomminations scientifique : Monométhyl silane triol

pH : 6,6

aspect : limpide et incolore

saveur : légèrement âcre, mais pouvant différer selon les
pathologies.

durée de conservation : à température ambiante, 1 an après
ouverture du récipient, ou trois ans dans un récipient non ouvert.

Composition : monométhyl silane triol à 0.2% + eau ou gel
végétal neutre.

 

Le rôle du silicium organique.

Le silicium minéral est le principal constituant de
l’écorce terrestre (27.80% en poids) après l’oxygène (46.60%). On le trouve
sous forme amorphe ou cristalline dans de nombreuses roches telles que les
granites, les sables, les argiles,...

Le silicium organique se différencie du précédent
par la présence d’un ou plusieurs atomes de carbone associés à de
l’hydrogène. Sous cette forme, c’est un des éléments essentiels de la
matière vivante, comme le prouvent les dosages effectués aussi bien chez les
plantes et les animaux que chez l’homme. Dans le corps de ce dernier, on en
trouve notamment une quantité importante dans les tissus, les cartilages, le
thymus, les parois vasculaires, les surrénales, le foie, la rate, le
pancréas,...

Mais la quantité de silicium organique diminue chez
l’homme avec le vieillissement
, et de façon irréversible, car l’être
humain est incapable de TRANSFORMER le silicium minéral qu’il ingère (dans les
aliments, les boissons,...) en silicium organique. Or, le silicium minéral n’est
pas assimilable
par l’organisme humain.

Le G5 "recharge" l’organisme en silicium organique.
Richement chargé en ions négatifs et positifs, il permet de rétablir
l’équilibre ionique des cellules endommagées ou affaiblies, de relancer les
échanges cellulaires, et intervient directement dans le processus de
régénération de la cellule. De ce fait, il permet de traiter un nombre de
pathologies très variées.

L’utilisation du G5 par plus de 50.000 patients permet
d’affirmer que le produit :

- est très efficace* (tests officiels et multiples
témoignages de médecins et patients, étayés par des documents de tous
ordres), non toxique** et hypoallergénique.

* tests officiels réalisés selon les normes américaines
(37CFR / 1. 132) par le Professeur Jean CAHN, directeur de l’Institut S.I.R.
INTERNATIONAL, professeur de pharmacologie et de neurobiologie à la Faculté
des Sciences et à la Faculté de Médecine de Pavie (Italie).

** Tests officiels réalisés par le laboratoire EVIC CEBA
en conformité avec la Directive Européenne 86/609/CEE du 24/11/1986.

- est sans effets secondaires ou contre-indication
avec aucun traitement, même après plusieurs années d’utilisation.

- est complètement assimilable par l’organisme
humain et par celui des animaux et des végétaux.

- restructure les fibres d’élastine et de
collagène.

- joue un rôle important dans la reminéralisation en
restituant le capital osseux et cartilagineux, ainsi que dans le métabolisme
général
de l’organisme.

- est un puissant anti-inflammatoire et anti-douleur.

- protège, renforce et dépollue le global cellulaire
en agissant dans tout l’organisme, les organes et leurs fonctions en
rééquilibrant les déficiences.

- accélère la cicatrisation.

- restaure et renforce les défenses immunitaires.

- a une action de prépondérance dans les dérèglements endocriniens.

- peut être utilisé par toute sorte d’animaux dans un
aussi grand nombre de pathologies que pour les humains.

 

UTILISATION.

Les cures sont à adapter selon l’ancienneté du problème,
l’intensité de la douleur ou la lourdeur de la pathologie. Les prises se font
le matin à jeun et 15 min avant les repas (si nécessaire). Les doses peuvent
être augmentées ou diminuées sans risque.

Les applications externes de gel ou de liquide sur le site du
problème sont vivement conseillées en même temps que la cure.

LIQUIDE : en cure orale et applications externes
(pulvérisations, compresses, dans les yeux ou oreilles, micro lavements
vaginaux ou anaux,...). Les flacons, pulvérisateurs,... doivent être vierges
(risque de macération).

GEL : uniquement en applications externes.

CURE INTENSIVE : entre 1 à 6 mois, de 3 à 9 cuillerées à
soupe par jour + applications externes.

CURE d’entretien : 1 à 3 cuillerées par jour sans limite
dans le temps.

APPLICATIONS EXTERNES : 3 à 5 fois par jour. Laisser agir 10 à 30 min, puis
faire délicatement pénétrer le surplus.

 

Navigation