David Servan-Schreiber, réussir sa mort, une épreuve vitale ! USSIR SA MORT, UNE ÉPREUVE VITALE !

, par  Amessi , popularité : 1%

Atteint d’un cancer du cerveau depuis 1992 et victime d’une importante rechute en 2010, le neuropsychiatre David Servan-Schreiber, publie On peut se dire au revoir plusieurs fois, aux éditions Robert Laffont.

Dans ce témoignage, le médecin confie le mal qui le ronge depuis presque 20 ans et montre que, malgré la maladie, ses méthodes « n’ont rien perdu de leur validité. » !

 David Servan-Schreiber : On peut se dire au revoir plusieurs fois

{{}}

En effet, en 2003, David Servan-Schreiber s’est fait connaître en publiant un ouvrage intitulé Guérir (Ed. Pocket) où il prônait plusieurs méthodes pour combattre la dépression et la maladie « sans médicaments ni psychalnalyse ».

En 2007, il poursuit sa démarche avec Anticancer (Ed. Pocket) dans lequel il préconise de s’en remettre à ses défenses naturelles pour lutter contre la maladie à savoir : pratiquer des activités physiques régulières, ajuster son alimentation ou encore lutter contre le stress.

 Comment accepter la mort ?

Aujourd’hui, le neuropsychiatre publie On peut se dire au revoir plusieurs fois : « Si je suis rattrapé par la maladie, s’interroge-t-il, alors que je pense, mange, bouge, respire et vis anticancer, alors que reste-t-il d’ »Anticancer" ?, écrit-il.

Pour tenter d’apporter une réponse à cette question, David Servan-Schreiber se défend : « Je suis un cas clinique parmi d’autres, et il n’y a pas de cure miracle contre le cancer, pas de réussite à 100% » explique-t-il. On peut mettre tous les atouts dans son jeu, mais le jeu n’est jamais gagné d’avance."

A l’heure où la maladie semble reprendre le dessus, l’auteur aborde les questions les plus difficiles à envisager pour tout individu :

Comment accepter la mort avec serenité ? Comment s’adresser à une personne gravement malade ? Que dire à ceux qui restent ?

Pour conclure, l’auteur se déclare « heureux d’avoir été porteur de valeurs auxquelles »il« reste extrêmement attaché », à savoir "la capacité vitale de reprendre le pouvoir sur soi-même.

  • ** L’auteur d’Anticancer est atteint par une récidive. Mais ne renonce pas à ses principes de médecine naturelle.

Alors que son cancer apparu pour la première fois il ya 19 ans récidive, le professeur en psychiatrie clinique de Pittsburgh, chroniqueur pour Psychologies, maintient la validité des principes qu’il a énoncé dans [Anticancer]

Prévenir et lutter grâce à nos défenses naturelles (Robert Laffont) : selon lui, exercice physique, méditation, lutte contre le stress, nutrition contrôlée doivent permettre de lutter efficacement contre le cancer. Il reconnaît cependant aux thérapies classiques, qu’il pratique également, le bénéfice de ralentir la maladie. Les lecteurs sont au rendez-vous avec plus de 7500 exemplaires vendus depuis le 9 juin (Source Edistat).

<sjcycle1510|center>

Navigation