Cancer : le Cyclotron II sera opérationnel en 2014 à Nice HARO SUR LE CANCER !

, par  Amessi , popularité : 1%

En visite ce jeudi à Lacassagne, le ministre de la Santé Xavier Bertrand a débloqué autorisation et financements pour la construction du prototype

Haro sur le cancer !

Dans la lutte que chercheurs et médecins mènent depuis tant d’années contre cette maladie, un nouveau point a été marqué hier à Nice : à l’occasion d’une visite au centre Antoine-Lacassagne, le ministre de la Santé Xavier Bertrand était, en effet, porteur de deux bonnes nouvelles. D’abord, il a débloqué les autorisations administratives indispensables à la poursuite du cyclotron II.

 Cancer : le Cyclotron II sera opérationnel en 2014 à Nice

Par Jean-Michel Chevalier (jmchevalier chez nicematin.fr) et Nancy Cattan (ncattan chez nicematin.fr)

Ensuite, il a annoncé une participation financière supplémentaire de l’État qui versera dans la corbeille un million d’euros, somme non prévue au départ, mais qui se justifie par l’intérêt du projet et des malades. Conçu et réalisé à Lacassagne au début des années 90, le cyclotron est l’appareil pionnier de la protonthérapie en France.

Sauver la vie et la vue

Depuis sa mise en service, cet appareil – en grande partie financé par la générosité publique – a permis de soigner 4 500 patients atteints dans la zone oculaire. Des personnes venues de tout le sud de la France, mais aussi d’Italie, de Suisse, d’Allemagne… à qui « on a sauvé à la fois la vie et la vue », puisque sans le cyclotron, il aurait fallu les énucléer pour atteindre l’arrière de l’œil et le nerf optique.

L’ingénieur niçois Pierre Mandrillon, « papa » du cyclotron, va pousser encore plus loin l’avantage thérapeutique avec la deuxième génération qui rendra accessibles des tumeurs plus profondes. Alors que la première version soigne jusqu’à une profondeur de 32 millimètres sous l’épiderme, le cyclotron II pourra « rayonner » jusqu’à 30 cm sous la peau.

« Autant dire que tout le corps humain pourra être soigné », s’est extasié Xavier Bertrand.

« En ces temps difficiles, le système de santé doit faire attention à ses investissements. Mais, dans le cas du cyclotron II, cela en vaut vraiment la peine. On ne pouvait pas se contenter de tourner en rond à un niveau expérimental. Il fallait aussi conforter les patients et les faire bénéficier, sans attendre, de ces nouvelles techniques. C’est pourquoi l’État s’engage aujourd’hui pour faire aboutir ce projet. »

Le premier prototype – envié par les Chinois et les Américains – sera donc construit et mis en service à Nice en 2014.

Il recevra des patients du monde entier. Ce nouvel outil a reçu le soutien financier du conseil général, de la communauté urbaine et de la ville de Nice. Les deux collectivités sont sorties de leur domaine de compétences pour faire avancer le dossier.

Lacassagne en pointe

« Un projet extraordinaire, un outil essentiel pour faire reculer la maladie et pour permettre au centre hospitalier niçois et aux chercheurs azuréens de rester un centre de référence international », a commenté Éric Ciotti, président du conseil général 06.

De son côté, Christian Estrosi soulignait qu’en France, aucune autre collectivité ne s’était autant engagée.

« Le centre Antoine-Lacassagne est devenu le 2e centre national de protonthérapie après celui d’Orsay et le 3e centre mondial pour la prise en charge des mélanomes de la choroïde. Avec l’appui du corps médical, celui de l’Université, nous avons la volonté de franchir une nouvelle étape. »

 Haro sur le cancer : la lutte continue !

En présence de Jean-Pierre Leleux, sénateur-maire de Grasse, Jean-Michel Drevet, préfet des A.-M., du doyen Daniel Benchimol, du Dr Jacques Schweitzer, président du conseil de l’Ordre des médecins, des professeurs Jean-Pierre Gérard, François Demard, Claude Lalanne, Philippe Paquis, du président de l’Université Albert Marouani, du directeur général du CHU Emmanuel Bouvier-Muller.

URL source : http://www.varmatin.com/article/actualites/cancer-le-cyclotron-ii-sera-operationnel-en-2014-a-nice

Schema Cyclotron II

 Cyclotron

1. Introduction

Le cyclotron est un accélérateur de particules chargées destiné à produire un faisceau de particules rapides (électrons, protons, neutrons, ions…) grâce à l’utilisation d’un champ électromagnétique. Ces particules sont ensuite utilisées comme projectiles pour « bombarder » certains atomes et ensuite créer une réaction nucléaire.

Le cyclotron est un des plus gros instruments le plus couramment utilisé dans la physique nucléaire. Les produits du cyclotron sont dédiés à la médecine, l’industrie ou utilisés également dans le domaine militaire.

Aussi il existe deux types d’accélérateurs de particules :

  • L’accélérateur linéaire (trajectoires linéaires)
  • L’accélérateur circulaire (trajectoires circulaires) comme le cyclotron, premier accélérateur circulaire inventé en 1932 par l’Américain Ernest Orlando Lawrence (prix Nobel en 1939).

Le Groupement d’Intérêt Public Cyclotron Réunion Océan Indien (GIP CYROI) est composé de deux parties :

une première de 3500 m2 qui comporte l’unité de production radiopharmaceutique, le cyclotron, une salle d’imagerie micro-PET, un espace de recherche radio-chimique, une unité analytique et ses deux spectromètres de masses de hautes technologies unique à La Réunion, etc. La seconde, de 1400 m2, accueille le CRVOI, plusieurs JEI et des salles de formations.

Le cyclotron que La Réunion dispose est un modèle Cyclotron General Electric PETtrace 80 (GE PETtrace 80) conçu contrairement aux autres, verticalement.

L’ensemble de l’appareil pèse 22 tonnes.

Il est possible de produire un certain nombre de radioéléments par un rayonnement β+ tel que : 116C, 137N, 158O, 189F . Le CYROI produit un traceur radioactif, du désoxy-D-glucose avec du fluor 18 (18F), à rayonnement (c’est-à-dire qui émet des positons pour donner du 18FDG) qui est envoyé à la TEP (Tomographie à Emission de Positon) du CHR.

Plus bas il sera développé d’une part sa constitution et son principe de fonctionnement, et d’autre part une application de son principe de fonctionnement.

2. Principe du fonctionnement cyclotron

Le cyclotron peut être schématisé par deux cavités en forme de demi-cylindres, appelées « Dés » soumis à un champ magnétique séparées par un petit intervalle où est appliqué un champ électrique. Par l’action combinée de ces champs, les particules injectées dans le cyclotron sont accélérées, concentrées puis projetées, émettant des atomes radioactifs (isotopes) de courte durée de vie. Un dispositif émetteur de particules chargées est situé au voisinage du centre et l’ensemble est soumis à un vide poussé. Il dispose d’un mode double faisceau qui peut être désactivé, auquel cas chaque faisceau de proton délivré est de 40 et d’une énergie de 16,5 MeV.

la suite sur : http://www.cyroi.fr/spip.php?rubrique45

Navigation