Cancer et Alcool : mise au point De quoi perdre son latin et semer le trouble et la confusion dans les esprits

, par  Laure Pouliquen , popularité : 2%

CANCER et ALCOOL : De quoi perdre son latin et semer, comme à l’accoutumée, le trouble et la confusion, . En effet plusieurs études ont été récemment publiées concernant le lien entre consommation d’alcool et cancer.

Dans l’une d’elle l’on précise que pour moins d’un verre par jour on aura un cancer, dans d’autres études il est conseillé de boire deux verres par jour pour les femmes (vin rouge de préférence) et trois verres pour les hommes afin d’éviter ou de prévenir justement les cancers, certaines pathologies cardio-vasculaires et aussi pour retarder la maladie d’Alzheimer !!!

En substance voici donc les résumés de ces différentes analyses :

1 - Pour moins d’un verre par jour = cancer :

Étude de ’Institut national du cancer (Inca). Selon ce rapport, il existe une « relation linéaire entre la consommation d’alcool et le risque de cancer et que ce risque est avéré à partir d’un seul verre !

UN cancer sur 10 chez l’homme est dû à l’alcool

"Une étude menée dans 8 pays européens montre que 10% des cancers chez l’homme et 3% chez la femme sont dus à l’alcool.

Des milliers de cancers pourraient être évités si les hommes se limitaient à 2 verres par jour et les femmes à un verre… ou encore mieux, en évitant toute consommation d’alcool !

Cette conclusion a été obtenue à partir des données provenant de l’étude EPIC (étude européenne prospective sur le cancer) menée en 2008 et comprenant 364.000 personnes provenant de 8 pays européens : France, Italie, Espagne, Royaume-Uni, Pays-Bas, Grèce, Allemagne et Danemark.

44% des cancers des voies aérodigestives supérieures chez l’homme et 25% chez la femme sont dus à la consommation d’alcool (cancers de la bouche, du pharynx, du larynx, des sinus).

-* Mais l’alcool a aussi été incriminé dans :

  • 33% des cancers du foie chez l’homme et 18% chez la femme.
  • 17% des cancers colorectaux chez l’homme et 4% chez la femme.
  • 5% des cancers du sein.

Selon le Dr Madlen Schütze de l’Institut allemand de nutrition humaine, co-auteur de cette étude qui vient d’être publiée dans le British Medical Journal, plus de la moitié des 57.600 cas de cancer des voies aérodigestives supérieures est due à une consommation d’alcool supérieure à 2 verres par jour, chez l’homme. Chez la femme, ce sont 80% des 21.500 cas de cancers qui sont attribuables à une consommation supérieure à un verre d’alcool par jour.

  • Une majorité de cancers pourrait être évitée si les hommes limitaient leur consommation à deux verres et les femmes à un seul verre d’alcool par jour. Mais la situation en matière de cancer serait encore meilleure en s’abstenant de tout alcool !!!

Source : Schütze M. et coll., British Medical Journal, 2011 ; 342:d1584 doi : 10.1136/bmj.d1584 (Published 7 April 2011)" * Etude reproduite également sur le site : http://www.guerir.org/magazine/1-cancer-sur-10-chez-l2019homme-est-du-a-l2019alcool-1

  • “PS de LP : Autrement dit, dans cette étude, on préconise l’abstinence complète, ce qui est en outre particulièrement indiqué pour tout malade atteint d’alcoolisme mais Quid pour les autres !!! Il est à noter par ailleurs qu’il n’est nullement précisé de quel type d’alcool il s’agit (vin rouge, vin blanc, alcool fort, bière, etc... QUID des autres études divergentes et autres avis de spécialistes en la matière)

 2 - Le Professeur David KHAYAT, éminent Cancérologue, quant à lui, dément la première étude de l’INCA précitée :

« le vin n’est pas forcément mauvais, le vin n’est pas cancérigène dès le premier verre », contrairement à ce qu’a affirmé en 2009 l’Institut national contre le Cancer (INCA), vite contredit par le Haut Conseil de la Santé publique. Et c’est facile à prouver : on sait maintenant que 60% des cancers de la bouche ont pour origine un virus : le papillomavirus, le même que celui qui est à l’origine du cancer du col de l’utérus. Le risque reste faible pour les autres cancers, côlon, sein et même foie.

 

Bref, sachez que le vin (bu avec modération), et en particulier le rouge , a des vertus anticancer attestées grâce à sa teneur en resvératrol, un puissant antioxydant qui a le pouvoir de bloquer la maladie à plusieurs stades de son évolution.

Le conseil du Professeur Khayat :

« Deux verres par jour pour les femmes, trois pour les hommes, soit 30 grammes d’éthanol maximum. Vin rouge, vin blanc ou champagne. S’il est faible en alcool et en sucre, c’est encore mieux, car le sucre consommé en excès a des effets délétères." » ?

 3 - L’on peut également prendre connaissance de l’article suivant au sujet de la pathologie d’Alzheimer dont le titre est :


ALZHEIMER : 2 ou 3 verres d’alcool par jour réduisent le risque jusqu’à 40 %

Cette étude a suivi 3.202 personnes allemandes, âgées de 75 ans ou plus, sans démence au départ de l’étude. Les chercheurs ont évalué leur consommation d’alcool, puis les ont suivis pendant trois ans pour identifier de nouveaux éventuels diagnostics de démence. Au total, 217 démences ont été développées, durant cette étude, dont 111 cas identifiés de maladie d’Alzheimer. Dans l’ensemble, les participants qui consommaient une quantité d’alcool raisonnable présentaient un risque moindre de démence par rapport aux personnes abstinentes. Toutefois, lorsque les participants ont été répartis en fonction de leur consommation, seul un apport de 20-29g par jour, soit environ 3 verres, s’avère associé à un risque significativement réduit

la suite sur : http://www.amessi.org/ALZHEIMER-2-ou-3-verres-d-alcool

 4 - Quant au Journaliste Scientifique, Thierry Souccar, et son équipe d’experts en nutrition, voici leur réflexion, suite à l’étude de l’INCA :

"« Les études expérimentales, sur des cultures de cellules et sur des animaux ont examiné les effets du vin rouge et de ses composants sur plusieurs cancers, dont la leucémie, la peau, le sein et la prostate. Les scientifiques étudient le resvératrol (un constituant du vin rouge) pour en apprendre plus sur ses propriétés anticancer. Les résultats récents d’études conduites chez l’animal suggèrent que ce composé anti-inflammatoire peut être un agent efficace de la chimioprévention dans les trois stades du processus du cancer : initiation, promotion et progression. »

  • "dans toutes les études, une alimentation méditerranéenne avec un peu de vin réduit la mortalité, y compris par cancer, que les données sur le cancer en France montrent que les départements du sud de la Loire, où l’on boit du vin modérément mais régulièrement ont moins de cancers digestifs qui sont les premiers pointés dans le rapport de l’Inca, mais que l’Inca insiste sur le fait que l’alcool aux doses les plus faibles augmente le risque de cancer ? "


====

- Je conseille aussi vivement la lecture de l’article paru sur l’excellente revue "NutraNews" sur le puissant anti-oxydant qu’est le Resvératrol contenu notamment dans le raison rouge et le vin rouge et le principe du French Paradox et/ou Régime Méditerranéen

PS de LP : Le vin rouge est par ailleurs non seulement riche en Resvératrol mais aussi en Poliphyneols (anti-oxydants)


5 -

Voir également l’excellent article du Chercheur Denis CORPET, spécialiste en alimentation et cancers, intitulé "Vin, Alcool, Cancer, Boire ou ne pas boire, que croire ?"- http://fcorpet.free.fr/Denis/Vin-Cancer.html

- Et l’excellente interview du Docteur Dominique RUEFF :
Les secrets de l’éternité par le Dr Dominique Rueff
Dominique Rueff, Médecin est spécialiste en Médecine anti-âge et Médecine Orthomoléculaire
Interview au cours de l’émission télévisée "Sans aucun doute"
http://www.amessi.org/Les-secrets-de-l-eternite-par-le,1488

-* ** Je ne me permettrai d’émettre aucun jugement sur le sujet mais force est de constater que les avis divergent comme bien souvent en matière de santé et aussi de facteurs déclenchants pour telle ou telle pathologie !!!

  • ** Je laisse donc au lecteur le choix de se FAIRE SA PROPRE OPINION, mais ne serait-ce pas encore là l’arbre qui cache la forêt en matière de santé publique, qu’en est-il de la pollution environnementale, des pesticides, des OGM, des radiations, des pollutions électro-magnétiques, de la pollution de l’air, des additifs, des conservateurs, des aliments dénaturés, voire modifiés, des effets délétères de certains médicaments (la liste s’allonge ces derniers temps), l’aspartame, l’amiante, les produits chimiques même au sein de nos maisons, : peintures, meubles, colles, moquettes,etc,
    • ** Et aussi l’excellente enquête (VIDÉO en 5 parties) "NOTRE POISON QUOTIDIEN", de la journaliste d’investigation, Marie-Monique ROBIN, ayant trait à la nourriture que nous ingérons quotidiennement !
    • http://www.laurepouliquen.fr/lp/2011/notre-poison-quotidien-une-enquete-de-marie-monique-robin/
  • Sans parler de certaines pratiques sexuelles orales qui peuvent s’avérer cancérigènes Les papillomavirus sont connus pour être sexuellement transmissibles et pour leur capacité à entraîner des lésions du col de l’utérus et parfois des cancers (cancer des voies aérodigestives supérieures : cancer de la bouche, de la langue, etc.,),
  • Lire à ce propos l’article sur "LE QUOTIDIEN DU MÉDECIN : http://www.lequotidiendumedecin.fr/information/les-pratiques-sexuelles-orales-premiere-cause-de-cancer-buccal

où l’on constate que le TABAC est passé en deuxième position en tant que provocateur de cancers de la bouche et de la gorge, derrière les pratiques sexuelles orales (fellation et Cunnilingus).
Les chercheurs réunis à Washington au Congrès de l’AAAS (American Association for the Advancement of Science) ne s’expliquent toutefois pas complètement pourquoi les pratiques sexuelles orales ont pris le pas sur le tabac

  • Les composants du tabac sont eux aussi, bien entendu, cancérigènes mais je n’évoquerai pas ici l’hypocrisie de nos gouvernements sur ce sujet "brûlant" (sans jeu de mots), qu’est le TABAGISME, sujet qui fera l’objet d’un prochain article !

=====

***

 DÉFINITION DU "RESVERATROL"

"Le resvératrol est un polyphénol de la classe des stilbènes présent dans certains fruits comme les raisins, les mûres ou les cacahuètes. On le retrouve en quantité notable dans le vin où sa présence a été invoquée pour expliquer les effets bénéfiques pour la santé d’une consommation modérée de vin.

Son nom viendrait de de "Veratrum album L. var grandiflorum", le vératre blanc, d’où il a été extrait pour la première fois en 1939 par un japonais, Takaoka.

Il fut aussi identifié en 1959 dans un eucalyptus puis en 1963 dans la racine du Fallopia japonica (ou Polygonum cuspidatum), une Polygonacée d’Asie orientale utilisée depuis des siècles en médecine traditionnelle chinoise et japonaise. Son identification dans la pellicule du raisin date de 1976 mais il a fallu attendre 16 ans plus tard, pour qu’en 1992, Siemann et Creasy l’identifient finalement dans le vin.

À la même époque, paraissaient deux articles qui allaient avoir un énorme retentissement sur les études du resvératrol.

Le premier en 1992, de Renaud et De Lorgeril montrait qu’une consommation modérée de vin pouvait protéger de la maladie coronarienne et le second en 1993, de Frankel et al. démontrait que c’était le resvératrol du vin qui, en inhibant l’oxydation du LDL, devait être responsable de son effet cardioprotecteur

.

Le resvératrol était donc un bon candidat pour résoudre l’énigme du paradoxe français, expression qui renvoie à la situation surprenante de la région du sud-ouest, où une consommation élevée de graisses animales est associée à un taux relativement bas de maladies cardio-vasculaires (relativement aux pays du nord de l’Europe).

Ces travaux allaient déclencher une pléthore d’études sur le rôle CHIMIOPREVENTIF des polyphénols du vin et en particulier du resvératrol.

En dehors de la prévention de la maladie coronarienne, la liste des effets bénéfiques bien documentés de ce composé n’allait cesser de croître :

Elle concerne l’inflammation, l’activation plaquettaire, l’angiogenèse, le maintien de la masse osseuse, la réduction de la masse adipeuse, la neuroprotection, le vieillissement" (Resvératrol.fr)

    • Laure POULIQUEN ? -** Auteur, Journaliste Scientifique
    • ex Naturothérapeute-Nutritionniste
    • http://www.laurepouliquen.fr/lp/

Navigation