CANCER du SEIN : Les vaisseaux sanguins ennemis des tumeurs

, par  Amessi , popularité : 2%

Des lymphocytes T et B, qui interviennent dans différents processus immunitaires, se fraieraient un chemin via ces vaisseaux sanguins spécifiques, ou “hautes veinules endothéliales” (HEV) vers les cellules cancéreuses pour provoquer leur destruction

La densité de ce type particulier de vaisseaux sanguins dans les cancers du sein serait donc associée à un moindre risque de rechute et un meilleur taux de survie globale donc facteur de bon pronostic.

 CANCER du SEIN : Les vaisseaux sanguins ennemis des tumeurs – Cancer Research

Des lymphocytes T et B, qui interviennent dans différents processus immunitaires, se fraieraient un chemin via ces vaisseaux sanguins spécifiques, ou “hautes veinules endothéliales” (HEV) vers les cellules cancéreuses pour provoquer leur destruction. La densité de ce type particulier de vaisseaux sanguins dans les cancers du sein serait donc associée à un moindre risque de rechute et un meilleur taux de survie globale donc facteur de bon pronostic.

Cette découverte de scientifiques de l’Inserm, relayée dans l’édition du 16 août 2011 de la revue Cancer Research, représente une piste intéressante à la fois pour le diagnostic et la thérapie du cancer du sein. Pouvoir augmenter la quantité de vaisseaux HEV dans les tumeurs pour favoriser une entrée massive de lymphocytes favoriserait la destruction des cellules cancéreuses.

Cette recherche menée par l’équipe de Jean-Philippe Girard, directeur de recherche Inserm à l’Institut de pharmacologie et de biologie structurale (CNRS/Université Toulouse III - Paul Sabatier), en collaboration avec l’Institut Claudius Regaud, a bénéficié d’un co-financement de la Ligue Nationale Contre le Cancer.

Jusque là, les mécanismes qui régissent l’infiltration de lymphocytes dans les tumeurs restaient mal connus, en dépit de l’impact crucial de ces cellules sur le pronostic du patient et les réponses thérapeutiques.

Le rôle même des vaisseaux sanguins dits HEV dans le cancer était également inconnu. Or les chercheurs rapportent leur présence dans la majorité des 319 tumeurs primaires solides analysées, dont de mélanomes, de cancer du sein, des ovaires, du colon, et de carcinomes du poumon

 Fortes densités de vaisseaux « HEV », moindre risque de rechute :

En menant une étude clinique sur 146 patients atteints de cancer du sein invasif, les chercheurs constatent que de fortes densités de HEV tumorales confèrent un moindre risque de rechute, une période plus longue sans métastases et des taux de survie globale améliorés. Ces résultats suggèrent que les vaisseaux HEV sont les principales portes d’entrée des lymphocytes dans les tumeurs humaines.

Les chercheurs doivent confirmer ces résultats sur un plus grand nombre de patientes et étudier l’influence des vaisseaux HEV sur la réponse aux thérapeutiques, chimio et radiothérapies.

 D’autres travaux sont également en cours pour examiner le rôle des vaisseaux HEV dans les mélanomes, les cancers des ovaires et du colon, précise le communiqué du CNRS.

Sources : Cancer Research, Published OnlineFirst August 16, 2011 ; doi : 10.1158/0008-5472.CAN-11-0431 “Human solid tumors contain high endothelial venules (HEVs) : association with T and B lymphocyte infiltration and favourable prognosis in breast cancer”, communiqué CNRS “Des vaisseaux sanguins participent à l’éradication des tumeurs” (Vignette “représentant une section de tumeur du sein de l’étude- Cancer Research, visuel CNRS © Jean-Philippe GIRARD - IPBS (CNRS/Université Toulouse III – Paul Sabatier) “Visualisation en microscopie d’une coupe de tumeur du sein montrant un vaisseau sanguin HEV (en vert) entouré de lymphocytes (en rouge). La flèche blanche indique un lymphocyte en train de se faufiler à travers le vaisseau HEV”)http://www2.cnrs.fr/presse/communique/2247.htm

Navigation