Biomasse atomique variable La vie utilise des réactions nucléaires

, par  aricim , popularité : 2%

La masse d’un être vivant en vase clos varie légèrement et démontre l’effet Kervran.

L’expérience est facile à réaliser avec une balance précise.

Les premières études ne pouvaient que constater ce phénomène, mais nos connaissances actuelles peuvent expliquer la variation de masse par les fusions et fissions de noyaux atomiques.

Biomasse atomique variable

La masse d’un être vivant en vase clos varie légèrement et démontre l’effet Kervran.

Il ne s’agit pas des échanges alimentaires ou respiratoires au sens large.

Les premières études ne pouvaient que constater ce phénomène, mais nos connaissances actuelles peuvent expliquer la variation de masse par les fusions et fissions de noyaux atomiques.

L’expérience est facile à réaliser avec une balance précise.

Sommaire

* 1 Description

* 2 Etudes de base

* 3 Exemples de mesures

* 4 Diversité des variations

* 5 Autres auteurs

* 6 Historique

* 7 Théorie

* 8 Références

.

1 Description

La variation de masse d’un être vivant en vase clos, isolé dans une enceinte étanche, peut dépasser 0,1 % de la masse initiale par jour.

Elle est la différence des nombreuses variations de masses atomiques positives et négatives, lors de processus vitaux pour de nombreuses espèces.

L’effet thermique résiduel est très faible et ne gène pas les êtres vivants.

2 Etude de base

Protocole de Hauschka

On fait germer 0,5 gr de graines de cresson d’eau avec de l’eau distillée dans un flacon de verre bouché et rendu étanche avec de la graisse.
La précision de mesure est de 1/100 mg.

Les résultats sont les mêmes que dans des ampoules de verre fermées par fusion du verre, donc la fermeture à la graisse est plus pratique mais assez étanche.

Pour réduire les erreurs de mesures on compare 2 flacons identiques, avec ou sans graines.

L’expérience dure entre 12 et 16 jours, car ensuite les graines meurent par manque d’échanges avec l’environnement.

3 Exemples de mesures

L’écart de masse est en mg pour une masse initiale de 0,5 grammes. La précision des mesures est de 0,01 mg.

Pour ces deux germinations étudiées en 1934, la variation de masse est fortement corrélée et typique de la phase de la lune au début de la germination. Les flacons sont bouchés à la graisse.

Exemple 1 : Ecart de masse maximal positif + 3,2 / 500 = + 0,64 % du jour 0 au jour 5, donc 0,13 % par jour. Pleine lune le jour 4.

Jour01234567891011121314
Ecart de masse+ 0+ 1,5+ 1,4+ 1,0+ 2,6+ 3,2+ 2,4+ 2,5+ 1,2+ 1,3+ 1,3+ 1,5+ 1,6+ 1,4+ 1,3

.

Exemple 2 : Ecart de masse maximal négatif - 3,5 / 500 = - 0,70 % du jour 0 au jour 3, donc -0,23 % par jour. Nouvelle lune le jour 3.

Jour01234567891011
Ecart de masse- 0- 2,5- 3,3- 3,5- 2,6- 2,3- 2,0- 2,3- 2,0- 1,0- 1,4- 1,5

.

Exemple 3 : Ecart de masse positif + 0,70 / 500 = + 0,14 % du jour 5 au jour 8, donc 0,046 % par jour.

Dans une ampoule de verre, on place l’eau et les graines séparément, puis on la scelle. On commence à mesurer pendant 5 jours, puis on les met en contact. On constate que la variation de masse ne commence qu’au moment de la germination. Expérience réalisée du 25/05/1933 au 08/06/1933.

Jour012345678910111213
Ecart de masse+ 0+ 0+ 0+ 0+ 0+ 0+ 0,3+ 0,4+ 0,7+ 0,7+ 0,75+ 0,7+ 0,75+ 0,7

.

Exemple 4 : Ecart de masse maximal ( - 17 + 6 ) / 323 = - 3,4 % en 19 jours.

Arthur Gohin observe 3 plantes adultes.

La masse de départ d’une des plantes est 323 mg.

Jour035131619
Ecart de masse- 6- 15- 10- 6- 15- 17

.

4 Diversité des variations

La variation de la biomasse atomique change beaucoup selon la phase de la lune.

La saison est aussi importante et les résultats changent chaque année.
La variation de masse ne commence qu’au moment où le contact des graines avec l’eau provoque la germination.

Les graines sauvages ou biologiques sont très sensibles aux phénomènes naturels.

Mais en comparaison, le cresson du commerce ne présente que de faibles variations.

5 Autres auteurs

Stephan Baumgartner observe des variations de masse de graines de cresson d’eau en germination 40 fois plus faibles, mais sans préciser ni les lunes ni l’origine de ses graines.

Earle Augustus Spessard observe une variation positive sur des algues qui vivent des mois en enceinte fermée.

L.W.J. Holleman, travaille sur Chlorella vulgaris par la méthode cumulative. Plusieurs fois de suite et sur plusieurs lots, il compare et cumule les résultats. A chaque étape, il évapore et réduit en cendres ses cultures, puis ré-ensemence avec une minuscule quantité d’algues.

6 Historique

1808 Schwann, théorie de la cellule : A priori l’être vivant est un système matériel qui suit les lois de la mécanique, donc il n’y a pas de possibilité de variation de masse

1875 à 1883 Von Herzeele : la germination de graines ne respecte pas la conservation des éléments simples.

1934-1940 Rudolf Hauschka : La variation de masse en vase clos est fortement corrélée à la phase de la lune au début de la germination.

1952-1954 Rudolf Hauschka compare des graines de différentes origines.

xxxx Arthur Gohin : observe 3 plantes différentes.

1989 Dr. L.W.J. Holleman, travaille sur l’algue Chlorella vulgaris par la méthode cumulative

7 Approche théorique

Dans des expériences où des organismes vivants sont complètement isolés, on constate que la masse globale varie, la masse de l’ensemble des atomes isolés, ou encore la masse de l’ensemble des nucléons isolés.

La seule explication actuellement disponible provient des fusions et fissions de la physique atomique.

Cette variation de la masse globale est basée sur l’effet Kervran, connu surtout grâce au travail de Corentin Louis Kervran (bien qu’il n’en parle pas dans son livre de preuves en biologie).

La plupart des éléments chimiques composants les êtres vivants ont des noyaux atomiques plus légers que celui du fer. Lors des fusions atomiques de ces éléments, l’énergie moyenne de liaison des nucléons augmente car les nucléons sont alors plus souvent dans des noyaux plus liés, et la masse apparente moyenne des nucléons augmente. L’augmentation statistique de masse à l’époque de la nouvelle lune indique que ces fusions sont alors dominantes.

Les fissions ont l’effet inverse et semblent dominantes autour de la nouvelle lune dans les organismes vivants étudiés.

La mesure de masse totale intègre toutes les variations de masses atomiques, connues ou inconnues.

L’énergie correspondante est probablement échangée par des réactions de protons avec des neutrinos qui emportent ou exportent cette énergie au delà de la Terre pour l’essentiel, comme l’a proposé Olivier Costa de Beauregard dans le livre de preuves de Kervran.

Une autre possibilité est un transfert quantique.

Voir aussi la page : Louis Corentin Kervran, "La vie utilise des réactions nucléaires".

8 Références

* Rudolf Hauschka (1891-1969), docteur en chimie et fondateur de la société WALA

* Hauschkas Rudolf : Substancelehre, Frankfurt a. Main 1981

* Arthur Gohin CNRS, http://resosol.org/InfoNuc/News/futur.html, Disparition des déchets par bactéries

* Earle Augustus Spessard, E. A. (1940) "Light-Mass absorption during photosynthesis", Plant Physiology ? : 109-120

* Leendert Willem Jacob Holleman, A Review of Research on the Biological Transmutation of Chemical Elements, http://www.holleman.ch/h_bibl.html

* Preuves en Biologie de Transmutations à Faible Energie Paris, Louis Kervran, Maloine, 1975, ISBN 2224001789

Navigation

ThèmesTous les tags

1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
2/325
1/325
1/325
1/325
4/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
2/325
4/325
1/325
1/325
1/325
1/325
3/325
1/325
1/325
1/325
2/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
2/325
2/325
1/325
1/325
1/325
1/325
2/325
1/325
3/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
4/325
1/325
2/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
5/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
2/325
2/325
2/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
2/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
2/325