Agée de 16 ans, Brooke Greenberg a le corps d’un bébé de 11 mois. Un cas médical unique au monde. La médecine penche pour un gène mutant qui stopperait le vieillissement.

, par  Amessi , popularité : 2%

Paris Match révèle cette semaine un cas médical extraordinaire qui laisse la science désemparée. Une anomalie médicale dissimulerait-elle le secret de l’éternelle jeunesse ? C’est ce que font miroiter les généticiens qui, depuis peu, se penchent sur le cas de Brooke Greenberg, une adolescente américaine de 16 ans, dont le développement physique et la taille sont ceux d’un bébé de 11 mois.

Brooke Greenberg vit avec ses parents et ses deux sœurs à Baltimore dans l’Etat du Maryland (Etats-Unis). Dès la naissance, les médecins ont détecté une malformation à la hanche. Mais très vite, les parents de Brooke se sont inquiétés de ne pas la voir grandir. Ils ont consulté de nombreux médecins. Mais aucun d’entre eux ne parvient à expliquer de quoi souffre la fillette.

Agée de 16 ans, Brooke Greenberg a le corps d’un bébé de 11 mois. Un cas médical unique au monde. La médecine penche pour un gène mutant qui stopperait le vieillissement.

© YouTube / ABC News | Brooke Greenberg, une adolescente américaine de 16 ans, dont le développement physique et la taille sont ceux d’un bébé de 11 mois

J.-C. M. / Rédaction online | 16.10.2009

Brooke

Brooke est d’ailleurs une sorte de « miraculée » pour les médecins. Elle a en effet survécu à sept ulcères et à un coma qui ne lui a laissé aucune séquelle. Si l’apparence de Brooke ne change plus depuis des années, ses organes, eux, évoluent à des rythmes différents. Un cas unique au monde qu’aucun médecin ne parvient encore à expliquer.

Au terme d’une première étude scientifique, des généticiens qui examinent le cas de Brooke Greenberg, ont constaté que les différents organes ne croissent pas au même rythme : les os sont par exemple plus « matures » que le cerveau et l’estomac.

Si l’apparence de Brooke ne change plus depuis des années, si un handicap profond condamne son existence, elle est consciente de tout ce qui l’entoure, elle a le caractère d’une adolescente et est sujette à des crises de colère propre à son âge. Dans sa poussette, elle aime même accompagner sa maman quand celle-ci fait du shopping. Sa dentition est, par ailleurs, celle d’une gamine de 8 ans.

Les chercheurs en sont à présent à comparer l’ADN de cette jeune fille avec celui de ses soeurs, à la recherche d’une mutation qui pourrait expliquer ce « développement désorganisé ».

Pour le Dr Richard Walker, biologiste, qui fait parmi de l’équipe de chercheurs qui travaillent sur son cas depuis 2005, la clé du mystère pourrait être un gène mutant qui stoppe le vieillissement.

« Grâce à Brooke, on pourra, peut-être, commencer à répondre à des questions vieilles comme le monde. Pourquoi vieillissons-nous ? Pourquoi sommes-nous mortels ? », souligne le Dr Walker.

Ce cas médical, hors du commun, est pris très au sérieux par la communauté scientifique. Les résultats des première analyses sont attendus avec impatience par les spécialistes en génétique.

Pour ces derniers, l’idée, à terme, serait d’intervenir chez l’adulte jeune pour bloquer les gènes de la sénescence. La personne traitée serait alors préservée des dégradations physiologiques constatées dans le cas de Brooke Greenberg.

Navigation