6-diméthylaminopurine, mise en garde sur un composé chimique pour le clonage

, par  Grainede Ble , popularité : 1%

Des chercheurs de l’Université du Chili ont mis en garde mercredi la
communauté scientifique sur les risques de mutation entraînés par
l’utilisation d’un composé chimique dans le clonage d’animaux ou
d’embryons humains, recommandant même son interdiction.

Mise en garde sur un composé chimique pour le clonage

La scientifique chilienne Ruby Valdivia et le professeur japonais Motoe Kato ont indiqué lors d’une conférence de presse avoir découvert de
manière accidentelle cette mutation alors qu’ils clonaient des bactéries
en employant le composé chimique 6-DMAP (6-diméthylaminopurine).

Sa fonction est d’activer l’ovule pour arriver à reproduire une cellule
dont l’ADN ou code génétique sera identique à celui de la cellule
d’origine.

« Nous donnons l’alerte en raison du danger que représente ce composant
chimique si nous l’utilisons chez des êtres humains, car il a un effet
mutagène », a déclaré Mme Valdivia, expliquant avoir renouvelé les
expériences avec cinq types de bactéries, qui ont toutes abouti au même
résultat.

« En raison de ce résultat, on peut conclure qu’il existe une haute
probabilité de mutations durant le processus de clonage en utilisant ce
composé ».

Le 6-DMAP est notamment utilisé pour le clonage de mammifères dans le
laboratoire du docteur Woo Suk Hwang, en Corée du Sud, qui a réalisé des
clonages de porcs, de chats, de moutons et de vaches, selon un rapport
de l’Université du Chili.

Ce même laboratoire a réussi à cloner des embryons humains avec
l’utilisation du 6-DMAP, selon un article de la revue Science publié en
février.

« Les tissus dérivés de ces clones pourraient conduire à des mutations,
avec des altérations de type cellulaire », a déclaré la scientifique
chilienne.

Les deux scientifiques ont recommandé l’interdiction du composant
chimique lors de futurs clonages d’embryons humains à des fins
thérapeutiques.

Si une équipe scientifique a réussi à cloner des êtres humains en
utilisant ce composé chimique, « il est possible » que naissent des
enfants avec des malformations faciales ou autres caractéristiques
mutantes, a indiqué la scientifique.

http://www.cyberpresse.ca/

Navigation

ThèmesTous les tags

1/325
1/325
2/325
1/325
3/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
4/325
1/325
1/325
3/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
2/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
4/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
5/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
2/325
2/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
3/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
2/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
2/325
1/325
2/325
1/325
1/325
1/325
1/325
2/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
1/325
3/325
1/325